© Monique Busquet 2019

Rechercher
  • busquetmonique

Sortir de son domaine d'expertise ?


J’exerce depuis plus de 30 ans comme psychomotricienne, formatrice et conférencière dans le champ de la petite enfance. Je suis titulaire d’un D.U. de formation pour adultes (Paris VII) et d’une certification de coaching (RNCP 1 Linkup coaching), donc formée à l'accompagnement au changement individuel et collectif.

Le cœur de mon métier : le développement de l’humain

Jeune psychomotricienne, j’ai d’abord acquis des compétences dans les domaines de la santé mentale, de la psychopathologie, du handicap, des modes d’apprentissage. Je me suis ensuite spécialisée dans le champ de la petite enfance et de l’enfance, du soutien à la parentalité et des modes d’accueil des jeunes enfants.

Mes champs d’intérêts, d’expériences et de formation

J’ai toujours axé mon travail autant vers les enfants que vers les adultes qui prennent soin d’eux, les parents d’abord bien évidemment et les professionnels. De ce fait, j’ai élargi mes centres d’intérêts vers les dynamiques des groupes et des organisations et vers les dynamiques de changement, individuelles comme collectives.

Un mode de pensée : une vision globale, périphérique

Comme psychomotricienne, je sais bien sûr que toutes les parties du corps sont interdépendantes et reliées entre elles. Je sais que les groupes aussi fonctionnent comme un tout. Je connais la force des effets d’un détail sur le tout et réciproquement des effets du tout sur chaque point.

J’ai aussi un mode de pensée plutôt en arborescence. Je considère le monde du travail, les relations humaines, la vie, comme des réalités ayant de nombreuses facettes. J’ai un regard global sur ces réalités, sur chaque situation, un regard qui englobe, comme un cercle autour d’un point central. Et je m’intéresse alors à la fois aux innombrables interconnexions entre tous les points de ce cercle, à ses différents points d’entrée et perspectives. J’aime faire ces liens en restant toujours dans une logique et rigueur de pensée.

Des expériences de vie

Ma vie personnelle, comme tout un chacun, m’a également beaucoup enseigné et m’a amené à travailler un certain nombre de problématiques, bien utiles pour comprendre les interactions et modes de relations entre les humains.

Un choix : une vision constructive

Déjà enfant, je souhaitais apporter au collectif, mettre ma pierre à l’édifice, « faire ma part de colibri ». Alors je choisis aujourd'hui de regarder ce qui est possible et ce qui est de mon ressort. J’essaie de faire au mieux ce que je peux faire, ce qui m’appartient. Je me suis toujours sentie responsable (mais « pas coupable »). Je regarde le passé pour en tirer des leçons, et regarde le présent pour voir comment construire le lendemain. Il ne s’agit pas de nier les difficultés, les souffrances, les raisons de plaintes, de colère, les sentiments d’injustice, il s’agit seulement de vouloir avancer.

Des valeurs, des caractéristiques

Je suis toujours aussi curieuse, passionnée par la vie, par l’humain, à l’écoute. J’ai des fortes convictions mais aussi de nombreux doutes. Je choisis de m’appuyer sur des références théoriques et approches variées. Je préfère avoir plusieurs regards, plusieurs perspectives et angles d’approches, sans être spécialisée dans une technique ou un outil particulier.

Des retours

J’entends souvent de la part des professionnels et des particuliers que je rencontre, que je les amène à penser autrement, à regarder différemment à la fois eux-mêmes et les autres, à porter leur attention sur ce qui est en leur pouvoir, à prendre confiance et oser.

Mes thèmes, mes points d’entrée

J’ai comme objectifs et valeurs que chacun se sente au mieux, pour lui-même et dans sa profession. Que chacun trouve «son flow »(1) que chacun puisse s’approcher de « son ikigaï « (2) à l’intérieur du collectif. Pour cela, un certain nombre de thèmes de travail peuvent être autant de portes d’entrée : la communication, la confiance en soi, le stress, les émotions, la détente, les processus cérébraux, l’assertivité, les dynamiques collectives…

Pensez-vous que mes compétences, ma transversalité puissent être un frein ou un plus pour sortir de mon domaine premier d’expertise ? En quoi pensez-vous que mes savoirs, savoir-faire, savoir être puissent vous être utiles ?



(1) L’état de flow est un état de concentration élevé où l’individu est totalement absorbé par la tâche qu’il est en train de faire tout en éprouvant un sentiment de bonheur et d’accomplissement. (Mihály Csíkszentmihályi)

(2) Ikigai, terme japonais, qui signifie “raison d’être”, “joie de vivre”. C’est à la fois quelque chose qui nous rend heureux en tant qu’individu et qui est digne, qui a de la valeur aux yeux de la société. Il correspond au sens de la vie, à ce qui nous fait nous lever chaque matin avec enthousiasme. »

1 vue